Compagnie Mémoires-vives - " Le chant des partisans " (2006)

 

ANOSMORT-affiche-2009Thématique Arts, Etats et pouvoir ou Arts, créations, cultures

Problématique Comment les musiques urbaines s'emparent-elles du devoir de mémoire

analyse_spectacle_C2L_chant_des_partisans.pdf   (doc perso)

 

 

 

 

Mémorial_de_l'affiche_rouge

A-NOS-MORTS
C.A.M.P.
wikipedia
memoire-net.org
ac-creteil
pagesperso-orange
ivry94

 

Ce spectacle est un hommage aux combattants de l'oubli morts pour la France, quelles que soient leurs confessions ou origines et qui se sont engagés dans les nombreux réseaux de la résistance. Ci-dessous, le spectacle créé pour commémorer le combat du groupe Manouchian (guerre de 39-45 - groupe FTP-MOI)

Citation d'Arsène Tchakarian du groupe Manouchian : "Il y avait une telle amitié entre nous, entre tous ces gens venus de partout, Juifs, Espagnols, Italiens, Allemands, Arméniens et Français, bien sûr, une amitié fraternelle qui dépasse tout ce que l'on peut imaginer." 

Citation extraite du site cie-memoires-vives.org

" Créée en 2006 à l’initiative d’artistes, réalisateurs, historiens, travailleurs sociaux, acteurs culturels d’ici et d’ailleurs, d’horizons et d’origines diverses, la compagnie Mémoires Vives s’est donnée pour objectif de produire et diffuser des spectacles vivants traitant de l’histoire des territoires et des habitants, de l’histoire des immigrations, de la mémoire collective ".

analyse

sujet :  spectacle mêlant récit/chant/danse  avec archives vidéos projetées en arrière-plan : volonté d'honorer tous les morts anonymes et oubliés, étrangers ou venant des ex-colonies françaises et qui sont morts pour la France.
- C'est un complément au Chant des partisans

3 parties

- intro slamée
- chant des partisans
- conclusion

intro

- un slameur immobile, debout, présente tous ceux qui ont résisté (européens, africains, asiatiques, de tous âges, de toutes confessions...)  le slam est une récitation poétique rythmée avec ou sans accompagnement musical.
- accompagnement vocal et orchestral
- la scène est nue, sombre.
- seul un spot éclaire le récitant
- Le spectateur ne doit pas être distrait par un décor
- les vêtements sont d'époque : imperméable, chapeau et brassard des FFI (= Forces Françaises de l'Intérieur)
- un danseur accompagne cette récitation de manière contemporaine (hip-hop)
- en arrière-plan, défilent des images de la 2° guerre (Pétain, foule qui salue, soldats allemands)

chant des partisans

- le texte est repris sur une mélodie différente mais avec le même rythme que l'original.
- très simple et facile à mémoriser, elle se répète sans la moindre variation. - Interprétée par plusieurs chanteurs sur le même accompagnement orchestral
- le tempo est plus rapide
- une femme entre sur scène
- un autre danseur apparaît (costume + chemise rouge)
- six puis sept acteurs se groupent sur scène : tous ont des brassards (= résistants)
- trois couplets seulement (couplet 2 supprimé)
- en arrière-plan, défilent des images de la Résistance (hommes avec brassards et armes, voiture marquée FFI, défilé des résistants, blessé noir soutenu par deux blancs, drapeaux, boms étrangers qui défilent)

conclusion

- écran noir avec coups de sifflet, brouhaha (cris, paroles en allemand) et bruit d'armes (= fusillade) la liste de tous les membres de la C2L défile rapidement sur fond d'images (noir lève les bras, soldat français, asiatique portant un fardeau)
- le slameur scande les noms d'anonymes morts pour la France