Tinguely_Nikki_St_Phallethématique Arts, espace, temps ou Arts, créations, cultures

problématique Comment un sculpteur est-il devenu le symbole d'une nouvelle vision artistique

crdp-versailles
artikmedia.com (pour voir un documentaire sur cette oeuvre)
garrusart.blogspot
ekladata.com
milly-la-foret
college-dumenieu
lecyclop.com
culturebox.francetvinfo.fr
dictionnaire.sansagent.com
lecyclop.com 

grofouillis.com

 

contexte

L'art cinétique (source ekladata.com)

" Le principe de l'art cinétique est de proposer une œuvre dont une ou plusieurs de ses composantes sont mobiles. Comme l'indique donc le terme de cinétique, l'œuvre est axée sur le mouvement. Ce mouvement peut être généré par l'œuvre elle même (par des moteurs électriques par exemple) ou par récupération d'une énergie présente dans l'environnement ( force du vent, chute d'eau,...).
Certains y ajouteront des œuvres dont le mouvement est perçu par le spectateur via une  illusion d'optique, bien que le support soit résolument immobile.
On peut voir les premières manifestations d'art cinétique dés les années 1910 dans le mouvement futuriste et certaines œuvres de Marcel Duchamp. Plus tard, Alexander Calder invente le mobile, sculpture formée de fils et de pièces métalliques qui sont mises en mouvement par le déplacement de l'air ambiant. L'expression "art cinétique" n'est pourtant adoptée que vers 1954 ".

Le Nouveau Réalisme (sources garrusart.blogspot et crdp-strasbourg.fr)

- 1959 Tinguely réalise L’Hommage à New York, construction explosive qui s’autodétruit dans le jardin du MoMA à New- York, illustrant ainsi sa pensée : « On s’en fout de l’art ». Car au-delà de l’art, ses « machines happenings » veulent être « quelque chose qu’on n’a pas vu auparavant », utilisant de vieilles ferrailles vouées au rebus et qui vont renaître au musée.
- 1960, signature du Manifeste fondateur du Nouveau Réalisme qui veut inventer un art qui soit beaucoup plus vivant, plus participatif. On parlerait aujourd’hui d’art interactif». D’où l’impression d’un art festif et loufoque.

" Tous ces artistes  veulent travailler autrement ; art collectif, récupération de matière première comme la tôle, travail avec le ciment, les affiches, bref avec l'objet ordinaire, quotidien :
- César s’amuse à comprimer les voitures, Arman fait les poubelles, Christo emballe, Spoerri cuisine, Tinguely imagine des machines auto-destructrices, Niki de SaintPhalle tue le père tandis qu’Yves Klein roule des femmes dans la peinture avant de les coucher sur ses toiles " .
Et tout cela, en public.  

- Ce Nouveau Réalisme est une réaction contre l'art élitiste des musées et la société de consommation.
- Parenthèse extrêmement brève dans l’histoire de l’art, le Nouveau Réalisme n’en demeure pas moins un moment d’une intensité et d’une inventivité stupéfiantes et revigorantes. Et même si leurs déchets, leurs emballages, leurs objets mutilés, leurs affiches lacérées s’arrachent aujourd’hui à prix d’or, la contemplation de ce concentré de réalité brute fait toujours de ces artistes majeurs des fauteurs de troubles drôlement attachants.
- La mort d’Yves Klein en 1962 ébranla l’autonomie du groupe, absorbé par la mode.
- Le mouvement fut dissous en 1970 à Milan.
 

 

cyclop1

Cyclop_meta_harmonieBassin_bleu_Klein

 

 

 

 

 

 

 

 

Cyclop_vue_lateraleCyclop_vue_laterale_avec_wagon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 présentation et description

- sculpture en béton et métal recouverte en partie de milliers de miroirs
- hauteur   22,50 mètres  (immeuble de sept étages)
- poids 300 tonnes d'acier
- caché au coeur de la forêt de Milly
- masse de métal adossée à un magnifique bouquet de chênes dont Jean Tinguely aimait à dire qu’il dépassait La Tête, "tel un brin de persil derrière l’oreille du gitan"  
- régulièrement vandalisée, Jean Tinguely en fait don à l’État français en 1987
- inauguration et ouverture au public en 1994

Une oeuvre collective : l'oeil unique explique le titre  (appelé aussi le Monstre de la Forêt)
- 1969 début du chantier pour une œuvre qui se veut une expérience d’art total  visuel, tactile et sonore : sculptures, peintures et pièce de théâtre s’animent
- volonté de montrer la diversité de l’art contemporain
- le but : créer une œuvre gigantesque, qui rassemblerait des domaines artistiques variés et dont la taille démesurée exclurait la possibilité de la vendre.
- construction sans autorisation et avec leurs propres fonds, à partir de matériaux recyclés
- dix ans de travail pour en ériger la structure, puis quinze autres pour l'achèvement

 Jean Tinguely, Niki de Saint Phalle + de nombreux artistes

- De l’eau ruisselle de la bouche, en coulant sur la langue qui sert de toboggan.
- Des bruits métalliques proviennent de boules d’acier qui roulent et heurtent la tête en ferraille.
- Accumulation d’Arman
- Jauge de Jean-Pierre Raynaud qui donne la mesure du Cyclop,
- Pénétrable sonore de Jesus Rafaël Soto
- plan d’eau sur le toit à la surface duquel se reflètent cet immense ciel (« Hommage à Yves Klein », de Tinguely), et l’étendue délicate et ondulée de la canopée ?
- Compressions de César
- troncs vigoureux traversant l’immense oreille métallique de Luginbühl, semblables aux tiges de persil qui sortent des naseaux d’une tête de veau
- grondement grave, enveloppant et progressif qui fait ainsi débouler les gigantesques boules d’acier
- humour absurde et colossal de ce lourd wagon de marchandises, à l’apparente légèreté de papillon, dont les tonnes sont perchées si haut dans les feuillages, surplombant le vide.

Pour élargir, penser à d'autres oeuvres de ces artistes ou à des oeuvres typiques de l'art cinétique comme celles-ci :

1) Calder Le Paon (1941)   -   2) Tinguely - Méta-harmonie IV (1985)  3) Tinguely - Fontaine Stravinski (1983)

Calder_le_paon_1941

Tinguely_Meta_harmonie_IV_1985

Tinguely_fontaine_Stravinski_1983