affiche_film dp_mairiedeparis.pdf
DossierPedagogique-LARAFLE.pdf
La_Rafle_analyse_generale.pdf (doc perso)

- thématique : Arts, Etats et pouvoir / sous-thématique : l'oeuvre d'art et la mémoire

- problématique possible : comment le cinéma participe-t-il à la transmission de la mémoire

contexte

Depuis le début des années 70, la littérature, la musique, le cinéma évoquent la 2° guerre mondiale dans ce qu'elle a eu de plus terrible et qui avait été occulté, oublié, ou nié sauf chez ceux qui l'ont vécu et qui en ont encore des cauchemars : la Shoah.
- La nouveauté de ce film est qu'il est réalisé à hauteur d'enfants avec un grand souci d'exactitude. C'est un vrai travail journalistique, utile pour rappeler des faits qui se sont produits il y a 70 ans.
- " l'intérêt de cette fresque, au-delà d'un évident devoir de mémoire, est son travail documentaire : beaucoup d'histoires vraies, presque toujours racontées avec exactitude ».Le_Point
 - " récit collectif bouleversant, éprouvant sans céder à la crudité. […] Servi avec retenue par une pléiade d’acteurs, La Rafle fait œuvre utile. À chaque génération son travail de mémoire.»

voir la bande-annonce du film

Ce film pédagogique montre un événement dont il reste très peu d'images : en effet, le régime de Vichy, d'extrême-droite, autoritaire et antisémite ne tenait pas à faire de la publicité autour de l'arrestation de familles entières, hommes, femmes, enfants, vieillards, malades et infirmes qui allaient être assassinés par les nazis. UNe poignée d'entre seulement reviendrait mais aucun enfant.

carte_camps_francais

Bundesarchiv_Bild_183-B10816,_Frankreich,_Paris,_Judenverfolgungcelebre_photo_gendarme_censuree_pendant_longtemps

France-Paris-Vel-d-Hiv-16juillet1942-1

 

 

 

 

 

des dossiers à consulter pour approfondir

rafle_du_vel_dhiv-34a92

fondationshoah
témoignage d'Anna Traube
la rafle du Vel' d'Hiv'
La Rafle, film français
desinfos.com

 

 

 

 

 


la_petite_Aline_Photo_1

 

 Cette photo est celle d'Aline (trois ans), assassinée a Auschwitz après avoir été internée dans des conditions inhumaines dans le camp de Beaune-la-Rolande. Elle est le symbole de la barbarie et incarne les quatre mille enfants restés seuls plusieurs semaines, sans leurs parents déjà déportés.

 

 

 

 

mutile_14_18_avec_enfantsCette photo est celle de Victor Faynzylberg, soldat au 22e régiment de marche étranger (polonais) qui a perdu sa jambe gauche en 1940, et dont la femme Ita, a été arrêtée en juillet 1942. Le président  de la Fédération des amputés de guerre, Pierre Régnier, demande la libération d'Ita car il explique « qu‘il n‘est pas guéri de son amputation et doit subir quotidiennement des soins particuliers. Il ne peut utiliser que des béquilles pour se déplacer ». Il précise qu’il habite un logement au cinquième étage et que « sa situation est particulièrement navrante du fait qu’il reste seul avec ses deux enfants en bas âge ».
- Sur les conseils d'un voisin, Faynzylberg, coiffeur boulevard de la Villette, s'est fait photographier avec ses deux enfants. Il a envoyé le cliché au maréchal Pétain, le vainqueur de Verdun, pour appuyer la demande de libération de son épouse, arrêtée parce que juive.Sa croix de guerre et sa médaille militaire sont bien visibles. Sa fille porte l'étoile. Le petit garçon, qui n'a pas encore six ans, ne la porte pas encore.
- La réponse adressée à Pierre Régnier, le 23 juillet, tient en sept lignes, formule de politesse comprise : " les autorités occupantes s'opposent à toute mesure de faveur ".
- Finalement, Ita Faynzylberg sera déportée à Auschwitz par le convoi n°34, le 18 septembre 1942. Victor, arrêté chez lui, refusera d'obtempérer et se défendra à coups de béquilles. La police l'emportera ligoté sur une civière, et il sera du convoi n° 68, du 10 février 1944. (source : La face cachée de l'étoile jaune)

Pour aller plus loin - élargir à d'autres oeuvres

 

JC_Moscovicides livres

Voyage à Pitchipoï  (Jean-Claude Moscovici - 1995) : interné à Drancy avec sa petite soeur, tandis que les membres de sa famille sont déportés, l'auteur raconte comment sa mère retrouva miraculeusement ses deux enfants et réussit à les cacher jusqu'à la Libération. 

collège Louise Weiss
collège Montesquieu

Elle s'appelait Sarah  (Tatiana de Rosnay - 2006) : en juillet 1942, à Paris, Sarah est arrêtée avec ses parents et promet à son petit frère  qu'elle a caché de revenir le chercher... Soixante ans plus tard, une journaliste américaine mariée à un Français rencontre Sarah, en couvrant la commémoration de la rafle du Vél d'Hiv. Elle va découvrir le terrible secret qui lie les deux familles... Un roman sur la culpabilité et le devoir de mémoire.

Une jeunesse au temps de la Shoah  (Simone Veil - 2007) : extraits de Une vie, récit autobiographique poignant d'une des plus célèbres femmes politiques françaises.

des chansons

Comme toi de Jean-Jacques Goldmann
Nuit et brouillard de Ferrat

des sites à consulter

France Inter
hist-geo_spip_ac.rouen