TarantinoThématique : Arts, Etats et pouvoir

Problématique : Comment l'art transmet-il la mémoire d'un traumatisme ?

 Analyse_Inglourious_B   (doc M. Litchlé)

 

affiche_inglorius_basterdsContexte

Notre besoin de se commémorer le passé, de revenir sans cesse sur des faits de guerre comme ceux qui ont déchiré l'Europe nous permet maintenant de voir des films comme Il faut sauver le soldat Ryan ou Inglorious Basterds.

En effet, depuis quelques années, les réalisateurs cherchent à filmer autrement : recherche d'une vérité aussi réaliste que possible pour Spielberg ou réécriture de l'Histoire pour Tarantino.

Résumé       

        Le film raconte le parcours d’une jeune Juive, Shosanna Dreyfus, seule rescapée du massacre de sa famille par les nazis. Devenue propriétaire d’un cinéma à Paris, elle profitera d’une séance organisée par les nazis en présence des plus hauts dignitaires du régime pour mettre le feu au cinéma et accomplir sa vengeance. Son plan rejoint celui des « Bâtards », un commando de soldats juifs alliés, qui saisissent l’occasion de cette même projection pour planifier l’assassinat d’Hitler.

        L’une des principales particularités d’Inglourious Basterds consiste dans le mélange d’éléments historiques et de fiction : Tarantino a composé un film qui est davantage un hommage au cinéma (à son histoire et à son pouvoir de raconter des histoires) qu’un film de guerre classique. Il n’hésite pas, ainsi, à faire mourir Hitler en juin 1944 à l’occasion du guet-apens tendu par Shosanna dans le cinéma, contrairement à la vérité historique (Hitler étant mort à Berlin en avril 1945).

        Un récit qui réécrit l’histoire (sur le principe du « que se serait-il passé si… ») est appelé « uchronique » (« uchronie » voulant dire littéralement « non-temps »).

(message de Monsieur Lichtlé)

citation du site findeseance.com

" La première séquence, remarquable, illustre parfaitement cette idée. Le colonel SS débarque dans une ferme française, où il compte interroger un homme qui pourrait abriter une famille juive. Commencée en français, la discussion se poursuit en anglais, sous prétexte que l’officier nazi voit son vocabulaire se limiter. Ce changement de langue au milieu de la conversation rappelle le film Walkyrie, sorti cet hiver (et dans lequel Tom Cruise, qui jouait un allemand, arnaquait le spectateur en commençant le film en allemand avant de passer à l’anglais en moins d’une minute, production 100% américaine oblige), mais l’effet souhaité ici est tout autre. Convaincu de la présence de la famille juive sous le parquet, l’officier SS d’Inglourious Basterds déclare à son interlocuteur, toujours en anglais : « je crois qu’ils ne parlent pas anglais, donc nous allons parler français de nouveau, et vous allez jouer le jeu ». Autrement dit, le passage du français à l’anglais n’avait pas pour but, comme chez Tom Cruise, de soulager les comédiens, mais bien au contraire de nourrir un ressort dramatique important, puisqu’il permettait au haut responsable nazi de duper la famille de juifs qui ne pouvait le comprendre, et donc s’inquiéter de son propre sort."

Quelques extraits très courts

1 - Arrivée des nazis

2 - Landa entre chez Lapadite

3 - Un verre de lait! je dis : bravo

4 - Préparation matériel Landa

5 - Composition de la famille - Mouvements de la caméra

6 - Pipe du colonel - passage à l'anglais

7 - Fusillade

Pour aller plus loin avec Inglourious basterds (photogrammes)

IB1

IB2

IB3

IB4

IB5

 

 

IB6

IB7

IB8

IB9

IB10

 

 

IB11

IB12

IB13

IB14

IB15