David_Olere_jeuneThématique : Arts, Etats et pouvoir

Problématique : Comment un artiste exorcise-t-il le traumatisme de la Shoah

blog de professeur d'histoire
sonderkommando.info
site académique de Reims
d-d.natanson pagesperso
dnbhistoiredesarts

oeuvres à associer   Gazage    Nuit et brouillard
le journal d'Anne Frank   Autoportrait au passeport juif

 dossier : le crime contre l'humanité

 Son tort était d’exister, son sort était sans issue. [...]
La seule pièce de son dossier était son acte de naissance.
[...] Le crime contre l’humanité, c’est tuer quelqu’un sous prétexte qu’il est né.»
A. Frossard, Le crime contre l’humanité, Paris, Robert Laffont, 1987

rapide biographie

1902 - nait à Varsovie
1923 - émigre à Paris, fréquente le milieu artistique, travaille comme affichiste et enseigne 
1937 - naturalisé français
1939 - mobilisé
1940 - démobilisé, perd son emploi (statut des Juifs élaboré par le régime de Vichy)
1943 - arrêté et déporté à Auschwitz (membre des Sonderkommando chargés de brûler les corps)
1945 - retour en France, trouve dans le dessin et la peinture le seul moyen de supporter ce qu'il a vécu et d'éviter de sombrer dans la folie. Veut faire de son oeuvre un témoignage afin que l'on n'oublie pas.

arrivee_au_camp

Contexte

Pendant les Trente Glorieuses, l'heure est à la reconstruction et la recherche d'une vie agréable, plus facile. La population veut oublier la guerre, le régime de Vichy, la collaboration, la Milice, les rafles et les déportations des juifs.

David Olère (1902-1985), peintre et sculpteur polonais déporté à Auschswitz de 1943 à 1945,  rentre en France.

Mais personne n'a envie d'écouter ce qu'il a à dire.  Ce qu'il ont vécu comme des millions d'autres est inracontable. Alors il dessine et peint pour éviter de sombrer dans la folie et pour qu'un jour, on regarde ce qu'il montre.

 Gazage 131x162 cm (après 1945) huile sur toile conservée au Living Memorial to the Holocaust, New-York.

 

paint-insideGasChamber

 description 

- un espace plein, sans vide, à la fois éclaté et en forme de cercle
- des cadavres squelettiques, nus et enchevétrés
- les bouches sont grandes ouvertes à la recherche d'un air introuvable
- il n'y a aucun regard de face, les yeux sont blancs, vides, révulsés
- au premier plan, des hommes
- au deuxième plan, des femmes avec leurs bébés dans les bras
- des couleurs uniformes, ternes, grises
- en bas à droite un container de Zyklon B; en haut au centre une lumière artificielle

ce que l'on ressent

sensation d'étouffement, de désordre, de multitude, de peur

ce que David Olère montre : l'assassinat en masse de civils sous-alimentés, maltraités, déshumanisés, exploités dans les différents camps de travail et d'extermination.