selfportrait_soft_hatThématique Arts, créations, cultures

Problématique : En quoi Degas amène-t-il l'Art vers la modernité

Degas_L_absinthe.pdf  (doc de Mme Meunier)

l'histoire par l'image
peintre-analyse
fenetresouvertes
académie de Poitiers
impressionnisme.net
musee-orsay

 

contexte artistique : naissance de l'impressionnisme (voir l'article sur Monet)

Mais, tout en exposant avec les impressionnistes, Degas ne peut être considéré comme un impressionniste à part entière, car sa démarche artistique est différente : aucune passion pour les paysages, les reflets, les influences de la lumière sur la couleur. Il peint dans son atelier, pas en extérieur et préfère l'homme et la vie moderne dans les grandes villes de son temps : courses de chevaux, repasseuses, blanchisseuses, modistes, danseuses...

contexte historique

La première exposition des impressionnistes date de 1874.
La France est en pleine mutation économique et politique. Avec la Révolution industrielle, de nouvelles techniques apparaissent, ce qui facilite la diffusion des idées nouvelles et la naissance d‟une culture de masse. Du point de vue politique, le Second Empire de Napoléon III s‟effondre en 1870 à cause de la défaite de Sedan face aux armées allemandes. La Troisième République est alors proclamée le 4 septembre 1870 mais connaît les heures sanglantes de la Commune. A partir de 1875, la République s‟enracine dans le pays grâce à des grandes lois comme la liberté de la presse, la liberté syndicale mais aussi un accès gratuit et obligatoire à l'instruction primaire qui tend à gommer les différences entre classes sociales et permet un accès plus direct à l'art et à la culture. (source : académie-lyon )

 

Degas'' A la différence des autres impressionnistes, ses amis, Degas est un peintre foncièrement urbain, qui aime peindre les lieux clos des spectacles, des loisirs et des plaisirs.

Dans un café, lieu de rencontre à la mode, une femme et un homme, bien qu'assis côte à côte, sont murés chacun dans son isolement silencieux, le regard vide et triste, les traits défaits, l'air accablé. L'oeuvre peut être vue comme une dénonciation des fléaux de l'absinthe, cet alcool violent et nocif qui sera interdit par la suite.

Ainsi la rapproche-t-on du roman de Zola, L'Assommoir, écrit quelques années plus tard, l'écrivain avouant au peintre : "J'ai tout bonnement décrit, en plus d'un endroit dans mes pages, quelques-uns de vos tableaux." La dimension réaliste est flagrante : le café est identifié, il s'agit de "La Nouvelle Athènes", place Pigalle, lieu de réunion des artistes modernes, foyer intellectuel de la bohême.

Le cadrage donne le sentiment d'un instantané pris sur le vif par un témoin assis à une table voisine. Mais cette impression est trompeuse car l'effet de réel est le résultat d'une minutieuse élaboration. Le tableau a été peint en atelier, et non sur place.

Degas a puisé dans ses relations pour tenir les rôles dont il fait des portraits : Ellen André est une comédienne, également modèle pour artistes ; Marcellin Desboutin est peintre-graveur. Le tableau entachant leur réputation, Degas devra préciser publiquement qu'ils ne sont pas alcooliques. Le cadrage décentré, ménageant des vides et sectionnant la pipe et la main de l'homme, est inspiré des estampes japonaises, mais Degas l'utilise ici pour produire un certain déséquilibre éthylique. Expressive et signifiante aussi la présence de l'ombre des deux personnages, en silhouette reflétée par le vaste miroir dans leur dos '' . (source : Musée d'Orsay)