affiche_filmThématique : Arts, Etats et pouvoir

Problématique : Comment l'art dénonce-t-il les ravages du travail à la chaîne

  les_temps_modernes.pdf
fiche wikipedia
fiche du cndp   (extrêmement détaillée et très complète)
site officiel de Charlie Chaplin
lewebpedagogique  (analyse très claire et très bien faite)

Vous pouvez retrouver ici la fiche Analyse d'une oeuvre élaborée en cours : analyse_sequence (doc de Mme Hacquard)
- Si vous choisissez cette oeuvre, vous devez sélectionner une scène du film qui sera plus particulièrement étudiée et analysée.
- Par exemple, les 13 permières minutes du film, incluant le générique. (doc ci-dessus)        
- Il s'agit d'un travail préparatoire, en aucun cas d'une étude complète, exhaustive de l'oeuvre.

film interdit au moment de sa sortie en Italie (régime fasciste) et en Allemagne (régime nazi)

oeuvres à associerles raisins de la colère     les photographies de Dorothea Lange

contexte historique, politique et social

usa-great-depression3

 

C'est l'entre-deux-guerres. Les Etats-Unis puis l’Europe sont frappés par une redoutable crise  économique et sociale : le krach boursier d’octobre 1929 à New York a entraîné une crise bancaire (faillite de banques), puis une crise industrielle (fermeture d’usines) et enfin une crise sociale (chômage, misère, faim). C’est la « Grande Dépression ».

 

 

 

 

usa-great-depression

 

La politique du New Deal (Nouvelle Donne)lancée par Roosevelt à partir de 1933 aura pour objectif de relancer l’activité économique grâce à l’impulsion de l’Etat (grands travaux…).

 Chaplin, né dans un quartier pauvre de Londres, s’inquiète des conséquences de la crise économique de 1929, du chômage et de la misère sociale. Il sait que l’industrialisation des temps modernes nécessite toujours plus d’efficacité, que l’homme est devenu un simple rouage et que le "Fordisme" ou le "Taylorisme" l’obligent à accomplir des tâches mécaniques aliénantes.

 

 

Contexte artistique

Jusqu’alors muet, le cinéma devient parlant en 1927 avec le film « Le chanteur de jazz ». Charlie Chaplin contrairement à d'autres, s’oppose farouchement à ce nouveau langage parce que le jeu de "Charlot"  repose sur la pantomime et que ce langage basé sur les gestes est un langage universel.

Critiqué pour sa position, Charlie Chaplin part faire le tour du monde pendant plus d’un an et demi. Il rencontre alors des personnalités aussi variées qu'Einstein, Keynes (économiste), Churchill et Gandhi. A son retour, il écrit en 1936 son dernier film muet.

Résumé de la première séquence

- Charlot, ouvrier, travaille à la chaîne dans une usine ultra-moderne.
- Son travail consiste à serrer deux boulons qui défilent rapidement devant lui.
- Incapable de s’adapter aux cadences infernales de la chaîne, il devient " fou " et est hospitalisé d’urgence

Analyse

Chaplin dénonce les conditions de travail dans l’industrie

 - Le patron, anonyme, est autoritaire, lointain, tout-puissant, indifférent au bien-être de ses ouvriers. Il lit dans son bureau tout en surveillant par caméra tous les recoins de son usine, y compris les toilettes
- Le contremaître obéit aux ordres du patron en faisant un salut militaire. Il est dans un bureau silencieux, il surveille et lit Tarzan : c'est un petit-chef aux ordres.
- Le surveillant de la chaîne harcèle les ouvriers en étant toujours derrière eux : il menace, augmente les cadences et donne une image détestable d'un petti-chef despotique.

comment le fait-il ?

- fondu enchaîné * d'un troupeau de moutons et d'une masse anonyme, déshumanisée d'ouvriers
- générique avec image en arrière-plan d’une horloge et passage à la pointeuse
- ordres répétés du président visant à augmenter les cadences
- machine à nourrir les ouvriers avec le slogan « pas de perte de temps, maximum de rendement »
- les attitudes ou gestes comme se gratter, parler, s’essuyer deviennent impossibles
- la « pause » de Charlot aux toilettes (12 secondes) permet par contraste de montrer la vitesse inhumaine des cadences imposées aux ouvriers : une grande partie du film a été tournée à une vitesse de 18 images par seconde mais a été projetée à une vitesse de 24 images par secondes ce qui amplifie la rapidité des actions et le comique de situation
- la répétition des mêmes gestes est accusée d’aliéner l’ouvrier : tics, mouvements incontrôlables, atteintes physiques puis mentales (obsession du geste qui conduit Charlot à être avalé par la machine puis à sombrer dans la folie).
- l'usine apparaît comme un univers hostile et  violent : menaces du chef de chaîne, mauvaise entente entre les ouvriers, sonneries et musique frénétique.

Chaplin dénonce le progrès et les machines

- les hommes sont esclaves des machines : lorsqu’ils veulent poursuivre Charlot qui les arrose avec de l’huile, la poursuite se fait au rythme des « marche/arrêt » de la chaîne : ils sont entièrement dépendants de celle-ci et semblent automatiquement se remettre au travail lorsque celle-ci repart. La machine impose son rythme aux hommes
- la machine se transforme en objet de torture : la machine à nourrir qui devient folle elle aussi (comique de situation)
- la machine devient aliénation ( = elle rend Charlot fou ) et  symbole de surveillance totale (machines à pointer, écrans et caméras de surveillance…)

Conclusion 

Dans cette séquence des Temps modernes, Chaplin donne une dimension politique à son œuvre en dénonçant les conditions de travail découlant du taylorisme. En choisissant une approche burlesque  (gags, situations comiques ou loufoques comme la machine à nourrir) il accentue la force de son message.

voir la bande-annonce

  voir une vidéo montrant les différentes étapes du montage d'une Ford T

 voir un extrait du film

(message réactualisé de Mme Hacquard)