Thématique : Arts, Etats et pouvoir

Problématique : Les protest songs aux USA ou comment la chanson est-elle devenue le symbole de la contestation

Strange_Fruit_B_Holiday.pdf (doc de Mme Dubois)
analyse_musicale_Strange_fruit.pdf (doc perso)

oeuvres possibles à associer :

Vietnam Blues     Mississippi burning       The problem we all live with

Le contexte

Malgré l'abolition de l'esclavage juste après la guerre de Sécession (1861-1865), la situation des Noirs américains est encore très difficile dans les anciens États esclavagistes du Sud.
En 1937, Abel Meeropol, professeur américain d'origine russe, découvre la réalité des lynchages , en voyant des hommes noirs pendus à des arbres au bord des routes. Choqué et traumatisé, il écrit un poème qu'il mettra un peu plus tard en musique.
Mais en cette année 1939, les américains ne sont pas prêts à entendre une telle chanson :
- Billie Holiday aura du mal à trouver une maison de disques pour enregistrer
- Elle est bannie définitivement de l'Alabama
- Elle ne pourra jamais l'interpréter dans le Sud
- Le Time Magazine parle de propagande communiste
- Les radios américaines refusent de la diffuser

Quelques infos en vrac

- première protest song et première chanson à introduire un message politique clair dans le domaine du divertissement
- a reçu le nom de " Marseillaise noire "
- « Strange Fruit » est devenu synonyme de lynchage
- " une des dix chansons qui ont réellement changé la face du monde " (Q revue musicale britannique)
- est devenue l’hymne de toutes les victimes du racisme

college_Brossolette (Creteil)
lencrenoir
un autre regard
education_musicale
histgeobox

analyse musicale

- chanson populaire au texte politique (dénonciation des lynchages)
- caractère bouleversant, poignant dû à l'osmose parfaite texte/musique/interprétation
- style : blues très lent (rappel : inventé courant XIX° par les esclaves noirs. Au départ, ce sont des chants de travail dans lesquels ils expriment souffrances, désespoir etmisère).
- petit orchestre de jazz : trompette, saxophones, guitare, contrebasse, batterie, piano
- trois couplets, pas de refrain
- voix : mezzo-soprano (c'est-à-dire hauteur médium) au timbre chaud, puissant et généreux qui déclame et chante à la fois
- très longue intro (> 1') en deux parties :
1. (section mélodique ) cymbales et cuivres (trompette avec sourdine ce qui donne un timbre sourd, atténué et feutré)
caractère mélancolique, plaintif
2. (section rythmique) piano, contrebasse et batterie au caractère plus animé
- le texte est mis en valeur par la discrétion de l'accompagnement qui suit la voix: le piano joue des accords, les saxos font de longues tenues
- le ton est calme, presque distancié, retenu alors que l'on aurait pu imaginer une voix vibrante de colère et de rage.
l'articulation est à la fois marquée et souple, un peu traînante et l'interprétation toute en retenue.
- le chant est syllabique (une syllabe = une note) pas de vocalises, peu de vibrato :
- les phrases de la mélodie sont amples, larges et souples, soutenues par une pulsation régulière à la contrebasse.
beaucoup de silences